Advertisement
Canadian Journal of Cardiology

Translation of the Canadian Cardiovascular Society/Canadian Heart Rhythm Society Cardiovascular Screening and Care of Athletes Program Into Practice

Published:April 05, 2019DOI:https://doi.org/10.1016/j.cjca.2019.03.026

      Abstract

      In the absence of systematic cardiovascular preparticipation screening (PPS) practices in Canada, the Canadian Cardiovascular Society and Canadian Heart Rhythm Society published a joint position statement outlining PPS recommendations for competitive athletes in an effort to standardize screening. The Queen’s University Cardiovascular Screening and Care of Athletes Program aimed to translate these recommendations into practice. Screening packages were administered to athletes in 2017 and 2018. Each package required completion of a medical/history questionnaire, a physician’s examination, and 12-lead electrocardiogram performed by the athlete’s primary care physician. A tiered approach to screening, as recommended by the position statement, was implemented. A multidisciplinary team flagged at-risk athletes and determined the need for follow-up testing and participation eligibility. Over a 2-year period, 517 varsity athletes were screened, with 438 (84.7%) completing all recommended screening components. Analysis of completed packages resulted in 114 (26.0%) athletes flagged for initial review. After subsequent review by an emergency care physician, only 12 (2.7%) athletes required further referral to cardiology for assessment or further testing. All athletes referred for cardiology assessment were cleared for participation, except for one, who was eventually cleared after a shared decision-making process and cardiovascular intervention. The Queen’s University Cardiovascular Screening and Care of Athletes Program shows the successful implementation of a cardiovascular PPS program that used shared decision-making and a multidisciplinary approach to screening, allowing for efficiency and effective resource utilization.

      Résumé

      Constatant l'absence au Canada de pratiques établies en matière de dépistage des troubles cardiovasculaires préalable à la participation à des compétitions sportives, la Société canadienne de cardiologie et la Société canadienne de rythmologie ont publié un énoncé de position conjoint dans lequel elles formulent des recommandations visant à uniformiser les exigences en la matière applicables aux athlètes de compétition. Le programme de dépistage et de soins des troubles cardiovasculaires chez les athlètes de l'Université Queen's visait à mettre en pratique ces recommandations. Des athlètes ont passé une série de tests de dépistage en 2017 et en 2018. Cette série de tests comprenait le remplissage d'un questionnaire sur l'état de santé et les antécédents médicaux des athlètes, un examen médical et un électrocardiogramme à 12 dérivations administré par leur médecin traitant. Une approche du dépistage par paliers, comme recommandée par l'énoncé de position, a été mise en œuvre. Une équipe multidisciplinaire a repéré les athlètes exposés à un risque et a déterminé s’il y avait lieu de leur faire subir des examens de suivi et s’ils étaient aptes à participer. Sur une période de 2 ans, ce dépistage a été effectué auprès de 517 athlètes universitaires, dont 438 (84,7 %) se sont prêtés à tous les volets de la série de tests. Après analyse des séries de tests dont tous les volets avaient été administrés, il a été déterminé que 114 athlètes (26,0 %) devaient passer un examen initial. Après un examen subséquent effectué par un médecin urgentologue, seuls 12 athlètes (2,7 %) nécessitaient une évaluation ou des tests plus poussés dans un service de cardiologie. Tous les athlètes orientés vers une évaluation en cardiologie ont été déclarés aptes à participer à l'exception d'une personne, qui a finalement obtenu le feu vert après un processus de prise de décision partagée et une intervention en cardiologie. Le programme de dépistage et de soins des troubles cardiovasculaires chez les athlètes de l'Université Queen's prouve la faisabilité de la mise en œuvre d'un programme de dépistage des troubles cardiovasculaires préalable à la participation à des compétitions sportives qui privilégie la prise de décision partagée et une approche multidisciplinaire du dépistage, permettant ainsi une utilisation des ressources efficiente et efficace.
      To read this article in full you will need to make a payment

      Purchase one-time access:

      Academic & Personal: 24 hour online accessCorporate R&D Professionals: 24 hour online access
      One-time access price info
      • For academic or personal research use, select 'Academic and Personal'
      • For corporate R&D use, select 'Corporate R&D Professionals'

      Subscribe:

      Subscribe to Canadian Journal of Cardiology
      Already a print subscriber? Claim online access
      Already an online subscriber? Sign in
      Institutional Access: Sign in to ScienceDirect

      References

        • Harmon K.G.
        • Drezner J.A.
        • Wilson M.G.
        • Sharma S.
        Incidence of sudden cardiac death in athletes: a state-of-the-art review.
        Br J Sport Med. 2014; 48: 1185-1192
        • Corrado D.
        • Basso C.
        • Pavei A.
        • et al.
        Trends in sudden cardiovascular death in young competitive athletes after implementation of a preparticipation screening program.
        JAMA. 2006; 296: 1593
        • Poirier P.
        • Sharma S.
        • Pipe A.
        The Atlantic Rift: guidelines for athletic screening-where should Canada stand?.
        Can J Cardiol. 2016; 32: 400-406
        • Moulson N.
        • Taylor T.
        • Simpson C.S.
        • Johri A.M.
        Current practices and attitudes of Canadian team physicians toward cardiovascular preparticipation screening.
        Can J Cardiol. 2017; 33: 162-165
        • Johri A.M.
        • Poirier P.
        • Dorian P.
        • et al.
        Canadian Cardiovascular Society/Canadian Heart Rhythm Society joint position statement on the cardiovascular screening of competitive athletes.
        Can J Cardiol. 2019; 35: 1-11