Advertisement
Canadian Journal of Cardiology

President’s Page

      Strong Heart Teams in a Heart Healthy Canada

      To illustrate the value of thriving heart teams that is central to the vision of the Canadian Cardiovascular Society (CCS), I want to share a bit of my own journey. As a resident pondering and panicking about my future, I realized I was, in fact, terrified of working alone. I felt like there was no way I would be capable of having all of the knowledge and skills to deliver state-of-the-art care to patients, especially with the pace of development of our burgeoning field. And that was in the 80s! Given that medical knowledge doubles every 90 days, that statement has never been truer than now. I chose to pursue “academic” medicine, in part, because it was a chance to do rounds as a team, bounce cases off coworkers, call for help when a procedure challenge arose, and get fresh eyes when I was stuck. On the research side, the same was true where brainstorming, writing, implementing, analyzing, and fundraising cannot possibly all be done well by a single person. Ideas come from people, research comes from teams. Fortunately for today’s residents, times have changed, and they can look forward to working collaboratively now that teamwork permeates specialty care in both community and academic centers.
      One thing that has become clear, as we wrap up our year-long strategic planning process, is that we have resounding support for a focus on robust heart teams of many sorts. When I work within a team delivering complex care to patients and families at risk for sudden death, or implanting devices in patients with an acquired risk, patients reflect back to us that the heart team members are champions for them and heroes in our own right. What a privilege it is to go to work every day and live that dream. That feeling of inspiration and aspiration that fuels us all is echoed in the CCS’ vision to stretch ourselves to have that kind of impact as an organization.
      Strategic plans can at times seem more conceptual than real, but it is my intent that these aspirations are tangible to the membership as early as at our annual Congress in Edmonton this year. With a transformed downtown and a convention facility that can now rejuvenate outdated perceptions of Edmonton, our intention is to create a Congress that really matters to you, and a night life that will put Edmonton on the country’s radar. I felt a renewed level of energy at our recent Montreal gathering, and see our planning team working hard to eclipse that sensation for all of our delegates. Congress will embrace the team concept by promoting exchange between subspecialties and focusing on team construction that is applicable in all practice settings.
      Finally, a simple definition of “vision” is who we want to become. CCS wants to reflect the teams of which each of you are a member. In the coming years, you’ll see CCS focus heavily on strengthening the team, inclusive of trainees and early career care providers, community and academic practitioners, and venturing into greater inclusion of patients and other disciplines. We heard loud and clear that the CCS needs to be more visible to the outside world, and that advocating for policies that best serve our patients and our members should be one of our core functions. We heard the call to involve patients that goes beyond being the focus of care, to actually being involved in shaping cardiovascular care delivery. We are currently exploring where the needs and opportunities are in this less-emphasized domain, to ensure that we are the public face of excellence in heart health from prevention right through to recovery and supportive care. Join me in this call to action to best define where to focus our energies and increase our impact.
      Dr Andrew Krahn
      President, Canadian Cardiovascular Society

      D’excellentes équipes de cardiologie pour les cœurs en santé des Canadiens

      Pour démontrer la valeur des équipes de cardiologie en plein essor qui sont au cœur de la vision de la SCC, j’aimerais vous raconter une partie de mon propre parcours. En tant que résident qui réfléchissait et paniquait au sujet de mon avenir, j’ai réalisé que j’étais en fait terrifié par l’idée de travailler seul. Je me sentais comme s’il serait impossible que je puisse détenir toutes les connaissances et toutes les compétences pour offrir des soins de pointe aux patients, surtout en considérant la vitesse de développement du domaine du secteur émergent. Puis, on était seulement dans les années 1980! Étant donné que les connaissances médicales doublent tous les 90 jours, cette affirmation est plus vraie que jamais. J’ai choisi de poursuivre la médecine « universitaire » en partie parce que cela me permettait de faire en équipe les visites au chevet des patients, de remettre des cas à mes collègues, de demander de l’aide lorsqu’un problème survenait pendant une intervention et d’obtenir un regard neuf quand j’étais bloqué. Il en est de même pour la recherche, comme une personne ne peut pas s’occuper à elle seule de la réflexion, de l’écriture, de la mise en œuvre, de l’analyse et de la collecte des fonds. Les idées proviennent des gens, mais les recherches sont effectuées par des équipes. Heureusement pour les résidents d’aujourd’hui, les temps ont changé et ils peuvent avoir hâte de travailler en équipe maintenant que le travail d’équipe est imprégné dans les soins spécialisés des centres universitaires et communautaires.
      S’il y a une chose qui est claire alors que nous terminons le processus annuel de planification stratégique, c’est que nous sommes fortement soutenus quant à l’accent mis sur les équipes de cardiologie solides de toutes sortes. Lorsque je travaille au sein d’une équipe afin d’offrir des soins complexes aux patients et aux familles présentant un risque de mort subite ou de mettre en place des dispositifs dans les patients qui présentent un risque acquis, les patients nous disent qu’ils perçoivent les membres de l’équipe de cardiologique comme des champions et comme des héros à leur façon. C’est un grand privilège d’aller travailler chaque jour et de vivre ce rêve. Ce sentiment d’inspiration et d’aspiration qui nous motive tous se répercute dans la vision de la SCC qui nous pousse à s’efforcer d’avoir ce genre d’influence en tant qu’organisation.
      Les plans stratégiques peuvent parfois sembler plus conceptuels que réels, mais j’ai l’intention de rendre ces aspirations tangibles à l’adhésion, et ce, dès notre congrès annuel à Edmonton cette année. Avec un centre-ville transformé et un centre de congrès qui peut désormais revitaliser les perceptions dépassées d’Edmonton, nous avons l’intention de créer un congrès qui vous tient à cœur ainsi qu’une vie nocturne qui permettra à Edmonton de se faire remarquer dans tout le pays. J’ai senti une énergie nouvelle lors de notre récent rassemblement à Montréal et je vois notre équipe de planification qui travaille fort dans le but de faire oublier cette perception auprès de tous nos délégués. Le congrès valorisera le concept d’équipe en faisant la promotion de l’échange entre les sous-spécialités et en se concentrant sur la consolidation d’équipe, s’appliquant dans tous les milieux de pratique.
      Pour terminer, nous souhaitons devenir une simple définition de notre vision. La SCC souhaite être le reflet des équipes dont chacun d’entre vous fait partie. Dans les années à venir, vous verrez la SCC se concentrer principalement sur le renforcement de l’équipe, y compris les stagiaires, les dispensateurs de soins en début de carrière et les praticiens en milieux communautaires et universitaires, et vous la verrez aussi s’aventurer dans une meilleure inclusion des patients et des autres disciplines. On nous a clairement fait comprendre que la SCC devait se rendre plus visible dans le monde extérieur et que l’une de ses fonctions principales devrait être de préconiser des politiques qui répondraient mieux aux besoins de ses patients et de ses membres. Nous avons répondu à la demande d’impliquer les patients dans l’amélioration de la prestation des soins cardiovasculaires au lieu de les percevoir seulement comme le centre des soins. Nous examinons actuellement où sont les besoins et les occasions dans ce domaine moins accentué, afin de nous assurer que nous sommes le visage public de l’excellence dans la santé du cœur, de la prévention au rétablissement et aux soins de soutien. Joignez-vous à moi dans cet appel à l’action afin de mieux définir les endroits où concentrer nos énergies et augmenter notre influence.
      Dr Andrew Krahn
      Président, Société canadienne de cardiologie